Skip to content Skip to footer

 

L’artiste : 

« Étant originaire de Macédoine, l’influence de l’art byzantin est présente dans mon travail : la figuration et le symbolisme sont dominants. Mon approche individualiste provient d’explorations intérieures et de ma lutte personnelle pour initier une symbiose entre la tradition, ma pensée profonde et les croyances. Cela inclut l’émotionnel. Cette pensée rationnelle et ce trésor d’informations irrationnelles et subconscientes sont réunis dans une certaine intuition. Basée sur l’anthropologie et le mysticisme, l’intuition a été explorée au 20ème siècle par Gustav Klimt et Odilon Redon, mais pour ma part c’est la simplicité byzantine qui demeure mon modus spirituel et visuel. »

« Comment atteindre la beauté de la simplicité et de l’existence d’un monde de valeurs et de vertus que nous ne devons pas oublier ? Le paradoxe consiste à, simultanément, conserver la tradition par la représentation figurative, et d’être tournée vers le nouveau. Tenter d’être libre dans mon expression artistique est ma principale devise. L’art est un problème de liberté. Je crée un pont entre réalités abstraites et figuratives en les combinant à ma manière authentique, qui consiste à traduire l’approche intellectuelle pour revenir à une expression symbolique. »

 

Les critiques :

L’une des plus célèbres critiques d’art de l’ex-Yougoslavie, Ljupco Malenkov écrit : « Irena est une artiste qui fait preuve d’une ambition esthétique. Grâce au dessin, à la composition, aux relations avec les surfaces colorées, elle crée des œuvres sensibles, des œuvres pleines de drame de l’élément vécu, avec des tremblements émotionnels qui montrent la fiabilité et la puissance du langage artistique. Un réalisme magique qui met l’accent sur la destruction. Un avertissement, une charge fantaisiste avec une suggestion visuelle. Des visions, des formes et des volumes, des parties homogènes avec une invention nuancée, atteignant ainsi une création artistique visuelle. Son art représente une concentration désespérée sur la vérification des raisons et la façon dont elle exprime son bouleversement interne personnel. Une manière extrêmement intéressante de traiter le passé, la culture de cette époque, révélant ainsi son intuition et sa volatilité. Des scénarios et des symboles sur l’érotisme féminin, mais aussi sur la bizarrerie ironique du monde. Ses œuvres émanent de la puissance du spectacle (drame) où l’émotion est la force qui unit et fait le vide. D’où des paysages narratifs comme résultat de ses visions et de ses rêves, le tout dans une atmosphère de souvenirs cachés. »

La célèbre historienne et critique d’art Maja Kуankulovska-Mihajlovska écrit : « Lorsque l’on découvre les œuvres d’Irena Gapkovska, il est certain, au premier coup d’œil, qu’elle maîtrise de manière impressionnante les éléments de la peinture – ligne, couleur, forme. L’une des particularités des représentations figuratives de Gapkovska est le transfert des détails anatomiques au corps humain idéal ; des règles appliquées inconsciemment et une grande connaissance et étude de l’anatomie. En revenant au début, le dessin (qui selon l’auteur est « la base de tout ») vient de la ligne qui est rapide et dynamique, mais en même temps douce, légère et caractéristiquement ondulée. De la ligne dynamique intuitive émerge une multitude de formes qui suggèrent un mouvement libre et qui, dans les dessins, se développent en un graphisme lyrique avec une affinité prononcée pour le détail et des reflets de l’ornementation byzantine. De l’entrelacement saisissant d’éléments contrastés, les solutions artistiques naissent précisément de la facilité du geste intuitif ou de la ligne autoréflexive qui forme un jeu continu dans lequel s’intègre la fusion de représentations figuratives et de détails abstraits. La liberté que le jeu offre avec tous les éléments énumérés parle en faveur d’une évasion même désirée de la réalité quotidienne dans divers mondes de fantaisie où les émotions de la « joie de vivre » sont au premier plan. »

 

Formation :

Pendant ses études, nombreuses expositions collectives à ex-Yougoslavie

1988 Diplôme de l’Ecole Secondaire d’Art de Skopje, Macédoine

1995 Maîtrise en art Graphiques à l’Académie des Beaux-Arts de l’Université St. Kyril Methodiy de Skopje, et thèse sur le symbolisme dans l’art. Pendant ses études, elle a été graphiste pour le journal « Elena » et pour le magazine « Nova Makedonija », recevant un prix national pour la meilleure illustration artistique.

1997 Bourse d’études à Auckland, Nouvelle-Zélande.

1998 Fondé NGO Art Studio, un studio d’art ouvert non-gouvernemental (à but non-lucratif) à Macédoine, ou elle continue à encadrer des étudiants.

2001-2003 Spécialisation en techniques byzantines traditionnelles de fresques et de peinture d’icônes, au Monastère de Veljusa, Macédoine.

 

Expérience :

NGO Art Studio est un studio d’art non gouvernemental (à but non lucratif)
fondé à Skopje, Macédoine, en 1998, qui se trouve maintenant au monastère de
Saint Jean le Précurseur.

Avant se fondeé NGO Art Studio en 1998, Irena était graphiste pour le
journal Elena et pour Nova Makedonija Magazine, recevant un prix
national pour la meilleure illustration d’art. Elle a obtenu une Maîtrise en
Art Graphique de l’Académie des Beaux-Arts de l’Université St. Kyril Methodiy à
Skopje avec sa thèse sur le Symbolisme dans l’Art.

Irena a vécu et travaillé dans le monde entier. Elle était également attachée culturelle
au consulat honoraire de la République de Macédoine au sud de Floride, avec un
studio à Miami pendant dix ans jusqu’à en 2018, date à laquelle elle s’est
installée à Perpignan.

 

Expositions et publications :

1998-1999 Expositions à Centre d’Information Culturelle KIC-QIK, et Centre Culturel pour la Jeunesse MKC, Skopje

2001-2004-2005-2006 Expositions à Centre Holl de l’Armée et l’Univerzitetska Sv. Kliment Ohridski, Skopje

2004 Exposition à Eindhoven, Pays-Bas

2006 Expositions à Reusel et Jan de Bouvries Tiburlg, Pays-Bas, et à l’exposition “Peace One Day” à la Univerzitetska Biblioteka Sv. Kliment Ohridski, Skopje.

2007 Organisation et participation à « Ars Vivendi » à la Galerie Nationale Macédonienne « Mala Stanica ». Coordinatrice de projets d’arts visuels et de théâtre pour le ministère de la Culture macédonien, dont la première européenne de l’opéra américain « The Captivation of Eunice Williams ».

2008 Exposition à Shangri-La Art Gallery à Houston, Texas, USA

2009 Départ pour vivre et travailler au Bakehouse Art Complex à Miami, Floride, tout en étant mentor au NGO Art Studio à Skopje, Macédoine.

2010 Organisation de l’exposition : « Ars vs. Argumentum » au Centre d’Information Culturelle KIC-QIK à Skopje, réunissant le NGO Art Studio et le Bakehouse Art Complex de Miami, Floride, USA. Nombreuses expositions collectives au Bakehouse Art Complex et ailleurs ; « Love thy Liberty » au Sailboat Loft à Ft. Lauderdale, « My Art Art Show » et la vente aux enchères pour UTV Télévision à Nord Miami, et « Project New Born » à l’hôtel Fontainebleau à Miami Beach.

2011 Exposition solo en Floride et à Washington DC. Interviews sur Voice of America. Commande une icône de la Sainte Trinité par l’université St. Thomas, et expose à la Galleria Ft. Lauderdale’s « Spring for the Arts ~ Life Is Art » South Florida Artist Show, tout en participant à plusieurs expositions collectives, notamment « Sketchy Miami » au Bakehouse Art Complex ainsi qu’en Floride du Sud.

2012 Exposition solo au célèbre Churchill’s Pub à Little Haiti, Miami, (un célèbre club punk) où elle est chargée de peindre trois grandes murales pour le plafond.

Son dessin est publié et exposé à la 40e Biennale de la galerie mondiale de dessins OSTEN, et elle est présentée dans la rubrique “Inside OUT” du magazine « IRREVERSABLE ».

2013 Participation à plusieurs expositions collectives dans le sud de la Floride.

2014 Inauguration des nouveaux locaux du NGO Art Studio de Skopje avec une exposition collective. Sélectionnée parmi plus de 1416 soumissions de 475 artistes de 53 pays, L’un des six lauréats internationaux de la prestigieuse galerie de l’OSTEN. Ses œuvres sont exposées à la galerie mondiale de dessins de l’OSTEN à Skopje, publiées dans le catalogue de la 42e biennale de dessins de l’OSTEN et ont fait l’objet d’un reportage sur la radio-télévision macédonienne MRT.

Nommé attaché cultural au consulat honoraire de la République de Macédoine en Floride du Sud.

2015 Donne une “performance de peinture” solo en conjonction avec « Speak Friday » au Bakehouse Art Complex, et elle ouvre une exposition solo (durée d’un an) à l’ambassade de Macédoine à Washington DC, coïncidant avec des événements en cravate noire célébrant le jour de l’indépendance de la Macédoine. Sélectionnée pour être l’une des 12 artistes invités à peindre au Spectrum-Miami pour une démonstration publique pendant Art Basel Miami Beach.

2016 Exposition collective à Libraria e Çarshisë à Skopje. Exposition solo à la galerie OSTEN et édition d’un portfolio en série limitée de 10 de ses impressions et participation à l’exposition collective à Čifte Amam, qui fait partie de la Galerie Nationale de Macédoine. Interview publiée dans le magazine « Life Is Art ».

2017 Second Portfolio en série limitée à la Foire du Livre de Skopje. Exposition solo : « Venus in Vénice : Sequences of Female Illusion » aux Archivi della Misericordia à Venise, Italie, pendant deux semaines lors de la Biennale de Venise, et édition du livre des œuvres d’Irena publié par la Galerie Mondial d’Art OSTEN. Exposition à Rijeka, Croatie.

2018 Départ du Bakehouse Art Complex de Miami pour vivre et travailler à Perpignan, France, et l’encadrement de ses étudiants au monastère de Saint-Jean le Précurseur à Slepche, Macédoine.

2019 Participation à une exposition à La Boîte à Fabrique. Exposition de 15 œuvres à la banque BNP Paribas à Perpignan.

Nombreuses expositions prévues pour 2020 et 2021 sont annulées ou reportées, à cause de la crise du COVID.

2021 Article dans le numéro du printemps 2021 du magazine P-O Life.  Exposition solo « Métamorphoses : L’Arbre Chimérique » au Centre d’Information Culturelle KIC-QIK de Skopje.

2022 Expositions solo de la série « Irena Gapkovska : L’Arbre des Chimères » à NIKKEI, dont un dessin fait désormais partie de la collection permanente du Musée Rigaud. Aussi de la série « You’ve Got Your Reasons, I’ve Got My Walls » à Casa Bento, « Wish You Were Here (J’aimerais que tu sois là) » à Best Western Plus Hôtel Windsor, et de la série « Rêves à Retenir : L’Etreinte de l’Amour » au Yucca, tous à Perpignan.

2023 Exposition solo de « La naissance de Vénus : Au-delà du ciel » pour l’ouverture du Grand Salon du Vienne.

En plus de travailler dans son atelier, Irena continue à encadrer des étudiants au monastère de Saint-Jean le Précurseur à Slepche, Macédoine, tout en poursuivant des opportunités d’exposition et la location de ses œuvres à des entreprises sélectionnées. Ses projets actuels comprennent la réalisation de portraits pour un livre à tirage limité : « Les Rues de Perpignan : Rien n’est Définie, Rien n’est Aléatoire » et l’illustration d’un livre sur la musique blues américaine. Aussi la série de grands formats « STIHIA : Une Force de la Nature Imparable ». Ce nom dérive de « Hestia (Ἑστία) » qui signifie « foyer, cheminée, autel ». Dans la religion grecque antique, Hestia est une déesse vierge du foyer, de l’architecture grecque antique et du bon ordonnancement de la domesticité, de la famille et de l’État – et dans les traditions macédoniennes et serbes, une Stihia est une personne censée avoir la capacité de protéger son village contre les conditions météorologiques destructrices. Nous devons y réfléchir aujourd’hui plus que jamais !